www.snuipp.fr

SNUipp-FSU | Section de Vaucluse

Vous êtes actuellement : 2017-2018  / Revendicatif 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
24 novembre 2017

GT Simplification des Tâches du 22 novembre 2017

Compte rendu du groupe de travail départemental du 22 novembre 2017 sur la simplification des tâches des directeurs

Le groupe de travail a été ouvert par le DASEN puis présidé par l’IEN-A. Au niveau de l’administration, étaient également présents le chef de service du Pôle 1er degré, deux IEN et la CPC-IENA. Les personnels enseignants étaient représentés par 4 délégués du SNUDI-FO (2 directeurs et 2 adjoints), 2 délégués du SE-UNSA (2 adjoints) et 4 délégués du SNUipp-FSU (3 directeurs et 1 adjoint). L’administration y avait convoqué 4 collègues directeurs.

Propos tenus par le DASEN au cours de son préambule

Le DASEN a dit avoir souhaité réactiver ce groupe de travail parce que la suppression des contrats aidés a des conséquences problématiques sur la direction d’école.

Depuis l’implantation des postes, la présence des AAD a fait changer le mode de fonctionnement des écoles. Des changements positifs mais aussi, d’après lui, d’autres discutables.

Il a déclaré discutable le fait de permettre aux parents de pouvoir venir chercher les enfants à besoins particuliers pendant le temps d’école. Cela crée des situations difficiles. Pour lui, la priorité est à l’enseignement et à la classe. Les va-et-vient d’élèves ne sont pas supportables. Il a pointé les difficultés des directeurs sur le plan juridique : le directeur ne peut laisser ses élèves pour ouvrir la porte, il y aurait défaut de surveillance ; mais le service public a une responsabilité si un élève restait à la porte, il y aurait carence de l’administration si on n’ouvrait pas le portail.

Sur cette problématique des élèves pris en charge à l’extérieur, le DASEN annone une communication de la DSDEN à venir. Selon lui, on ne doit pouvoir rentrer dans les écoles qu’aux seules heures légales d’ouverture de chaque demi-journée et aux heures de récréation. Sauf s’il existe un visiophone complété par une vue directe de la circulation des personnes sur le trajet qu’elles parcourent.

Le DASEN estime que depuis une dizaine d’années les missions des directeurs ont évolué. La nature des publics en relations avec l’école (parents, élèves…) a changé et les directeurs doivent faire face à plus de sollicitations.

Le DASEN a reconnu que les directeurs ont une charge de travail importante. Les sollicitations multiples et permanentes n’ont fait que s’accroitre. Le numérique a enclenché une augmentation du travail de tous et une attente de « réponse immédiate » qui est un vrai problème pour tout le monde.

Le DASEN est revenu sur les travaux menés en 2015 dans le Vaucluse. Il a découvert le matin même qu’un compte rendu avait été élaboré. Il ne sait pas quels points ont réellement aboutis à des améliorations dans les pratiques.

Il déclare vouloir produire quelque chose au niveau départemental car pour lui c’est au niveau des DSDEN et des IEN qu’il peut y avoir simplification des tâches.

Intervention générale du SNUipp-FSU

Les représentants du SNUipp-FSU ont rappelé que la réunion de ce groupe de travail par le DASEN s’effectuait à la demande du recteur après les interventions des représentants des personnels en CHSCTA et CTA au mois d’octobre.

Intervention en CTA pour dénoncer les licenciements des contrats aidés à tous les niveaux de l’Education nationale et pour dénoncer les suppressions de leurs postes et la perte des moyens pour assurer les missions qu’ils effectuent. Intervention en CHSCTA pour demander la prise en compte du mal être et de la souffrance au travail des personnels dont les conditions d’exercice sont les plus affectées par la disparition des contrats aidés : les directrices et les directeurs au niveau des écoles.

Le SNUipp-FSU a relevé que la suppression des postes d’AAD est pour les directeurs la « goutte d’eau qui a fait déborder le vase ».

C’est ce qu’ils expriment depuis la rentrée scolaire lorsqu’ils participent massivement aux nombreuses journées de mobilisation et de grèves des mois de septembre et octobre. Car au-delà du maintien et de l’extension des postes d’AAD dans toutes les écoles, ils sont en attente de véritables améliorations de leurs conditions d’exercice de la mission de directeur.

Les réponses négatives que leur adresse le gouvernement actuellement ne leur laissent malheureusement pas d’autre moyen, pour réussir à faire entendre la hauteur de leurs difficultés et pour obtenir la juste reconnaissance de leur travail, que celui de bloquer des demandes administratives. Comme cela a été le cas des PV des élections des parents d’élèves ou des effectifs prévisionnels.

Les délégués du SNUipp-FSU ont pris acte de la convocation du groupe de travail.

Mais ils ont alerté le DASEN sur le fait qu’il ne pouvait pas se cantonner à la recherche de simplifications des tâches des directeurs. Ils ont demandé que soient abordées toutes les autres raisons du malaise exprimé des directeurs. Et, si leur traitement relève du niveau national, qu’elles soient relayées au recteur et au ministre.

Réponses du DASEN

Le DASEN a demandé que le GT centre sa réflexion uniquement sur ce qui est réalisable au plan départemental. Arguant qu’il n’a pas le pouvoir de faire bouger les choses au niveau national. Pour lui, le sujet à traiter par le GT est « Comment gagner du temps pour les directeurs tout en faisant tourner l’administration ».

Le DASEN a dit « entendre l’agacement » des directeurs dont les causes sont « indiscutables ». Mais il a prétendu que l’absence de remontée des effectifs obligerait l’administration à faire des suppositions et des approximations. Pour lui, cela mettrait le département en difficulté en terme de moyens en personnels pour la carte scolaire et pénaliserait tout le monde.

Au départ du DASEN, l’IEN-A a présidé la réunion

L’administration s’est engagée à faire un compte rendu des débats que le SNUipp-FSU publiera.

De nombreux points ont été soulevés :

Sur les outils mis à disposition Sur la nécessité d’un accompagnement juridique Sur les problématiques liées à la sécurité Sur les moyens de communication et leurs usages Sur les relations avec les partenaires extérieurs Sur la formation initiale et continue …

L’administration cherche dès à présent comment améliorer le quotidien de la direction sur certains points : Envoi des sommaires des BD et BA Réflexion en conseil d’IEN sur la mise à disposition de TR pour les équipes de suivi et éducatives quand des TR sont libres Réflexion pour centraliser les applications et les documents informatiques dans PIA Elaboration d’un calendrier départemental des tâches administratives à effectuer sur l’année …

Le GT n’est pas allé au bout des travaux. L’administration en convoquera un autre (en février ?) au cours duquel les participants se scinderont en 3 groupes avec des thématiques différentes :

un groupe travaillant sur le volet formation initiale et formation continue des directeurs un groupe travaillant sur les outils de communication un groupe travaillant sur le relationnel du directeur avec l’extérieur

Les moyens d’améliorer les conditions de travail des directrices et directeurs d’écoles sont clairement identifiés par la profession.

Les délégués du SNUipp-FSU les ont déclinés tout au long des débats :

- c’est un véritable allègement des tâches administratives pour recentrer la mission de direction sur l’animation de l’équipe pédagogique, le bon fonctionnement de l’école et la réussite des élèves

- c’est la création d’emplois statutaires d’agents non enseignants (pour l’aide administrative et la gestion de la « vie scolaire » mais pour assurer également le relationnel avec l’extérieur et la « conciergerie »).

- c’est octroyer un temps de décharge supérieur à l’existant.

- c’est limiter la responsabilité des directeurs concernant la sécurité dans l’école en faisant appel à des personnes compétentes pour la rédaction des différents documents (PPMS…)

- c’est la mise en place d’une formation continue spécifique sur le temps de travail.

- c’est dispenser une formation initiale qui s’appuie sur des équipes pluri-professionnelles

Tout cela accompagné d’une revalorisation financière conséquente.

Le SNUipp-FSU ne se suffit pas de ce travail départemental engagé par l’administration

Comme ses délégués l’ont décliné au cours du GT du 22 novembre, l’essentiel des mesures qui peuvent réellement améliorer les conditions de l’exercice de la direction d’école ont leurs clés au niveau national.

Le SNUipp-FSU tient sa place au côté de la profession

Son Conseil National de novembre a fait de la question de la direction d’école une priorité des réflexions et des actions qu’il mène avec la profession.

Mardi 28 novembre, les quatre sections SNUipp-FSU de l’académie d’Aix-Marseille se concerteront sur le dossier de la direction d’école pour voir la possibilité de fédérer leurs actions.

Le SNUipp-FSU Vaucluse met en place un stage syndical spécifique sur la direction d’école dans la période janvier / février.

 

2 visiteurs en ce moment

*Top 116 rue Carreterie 84 000 AVIGNON téléphone : 04 90 80 00 01 courriel : snu84@snuipp.fr Mentions Légales
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU | Section de Vaucluse, tous droits réservés.