www.snuipp.fr

SNUipp-FSU | Section de Vaucluse

Vous êtes actuellement : 2017-2018  / CAPD  / Promotions et Hors classe 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}
1er février 2018

CAPD Promotions du 01/02 : compte-rendu

La CAPD validant les promotions sur l’ensemble de l’année scolaire 2017-2018 s’est tenue ce 1er février, décalée en période 3 au lieu du traditionnel mois de novembre, le temps pour l’administration de mettre ses logiciels à jour des mesures PPCR.

Toutes les promotions rétroactives seront payées sur le mois de MARS 2018.

Vous trouverez notre déclaration préalable en fin d’article.

Pour savoir si vous avez été promu, cliquez-ici !

PROMOTIONS

Les situations de 609 collègues promouvables ont été examinées sur près de 3200 collègues exerçant dans le Vaucluse.

463 collègues ont été promus :

- 399 ont été promus automatiquement "à l’ancienneté PPCR", ce qui correspond à la vitesse du choix dans le fonctionnement antérieur.

- aux échelons 6 et 8, 64 collègues (soit 30%) ont été promus par accélération de carrière aux échelons 7 et 9.

La CAPD pour l’attribution de la classe exceptionnelle 2017-2018 devrait se tenir en mars.

Une CAPD en juin traitera de l’accès à la hors classe et de la classe exceptionnelle 2018-2019.

Les primes REP et REP+ ont été régularisées sur la paye du mois de décembre.

QUESTIONS DIVERSES

Le SNUipp est intervenu pour signaler que le manque d’un psychologue scolaire sur Carpentras posait de nombreux problèmes aux équipes. Le DASEN a reconnu cet état de fait mais n’apporte aucune réponse concrète pour le moment.

Concernant les situations conflictuelles avec les parents ou les élèves auxquelles font face un nombre croissant d’équipes, ooint important de notre déclaration préalable, le DASEN a répondu au SNUipp qu’il avait pleinement conscience des difficultés que rencontraient les équipes et que son administration était en réflexion sur des aides à moyen terme pour les équipes, notamment sur des formations. Il a également ajouté qu’il se rendait à l’évidence que ces aides ne pourraient porter leurs fruits dans le présent. Le SNUipp a rappelé l’importance de RASED complet pour aider les équipes à prendre en charge ces élèves.

La déclaration préalable du SNUipp-FSU 84

Monsieur le directeur académique, Mesdames et Messieurs les membres de la CAPD

Nous remercions les services pour l’envoi des documents qui nous ont permis de vérifier les éléments de l’avancement, ainsi que pour les réponses rapides aux remarques que nous avons envoyées.

Depuis de longues années, lors de chaque CAPD des promotions, nous avions pour habitude de souligner le caractère injuste du système d’avancement. En effet, avec le système précédent et ses trois vitesses, sur une carrière complète, il pouvait y avoir de très gros écarts de traitement entre les collègues, qui avaient aussi des incidences sur leur pension.

Cette année, notre déclaration sera plus nuancée.

Les accords PPCR prévoient en effet un déroulement de carrière plus resserré et avec enfin la possibilité d’accéder à la hors classe pour tous les collègues. Nous pensons aussi que la suppression de la note est positive, en partant du principe que ce qui est bon pour les élèves doit l’être aussi pour les enseignantes et les enseignants.

Pour autant, le nouveau système n’est pas complètement satisfaisant, avec deux passages d’échelons de la classe normale et le passage à la hors classe pour lesquels le ministère, nous nous y sommes opposés, a décidé de laisser subsister une part de mérite.

En effet, la note jusqu’à présent, ou même l’appréciation qui va bientôt la remplacer, sont forcément en partie subjective, avec des disparités d’un département à un autre et parfois d’une circonscription à une autre.

Le SNUipp-FSU continue de revendiquer la déconnexion totale de l’évaluation et de l’avancement de carrière. L’avancement devrait se dérouler à une véritable cadence unique pour tous comme dans d’autres corps de la Fonction publique.

Concernant les rendez-vous de carrière, de nombreux professeurs des écoles ont été inspecté l’année dernière conformément aux mesures transitoires PPCR qui ont été signifiées aux IEN et qu’ils ont appliquées. Nous déplorons les décisions ministérielles prises in fine pour la constitution des barèmes de promotion qui vont s’appliquer, sans cohérence avec l’application de ces mesures transitoires. Elles font qu’aujourd’hui, cette nouvelle note n’interviendra pas dans le calcul du barème des promotions pour cette année, ni de fait, pour les suivantes. Les collègues qui ont vu leur note augmenter se sentent floués.

Concernant l’égalité professionnelle, La DGRH avait indiqué au SNUipp-FSU en audience au ministère le 18 octobre que la proportion hommes/femmes des promu-es aux 7ème et 9ème échelons devrait respecter la proportion hommes/femmes des promouvables. Or, il s’avère après vérification que les proportions seront quasiment respectées. Nous en prenons acte.

Nous demandons que les reliquats de l’année dernière, au grand choix et au choix soient cumulés avec ceux de l’avancement 2017 pour procéder à deux promotions supplémentaires (0.6 et 0.3 pour l’année dernière et 0.9 et 0.1 pour cette année).

Par ailleurs, même si ce n’est pas l’objet, aujourd’hui, nous regrettons le manque de visibilité que nous avons sur la hors classe. Pour le SNuipp/FSU, c’est l’expérience professionnelle mesurée par l’ancienneté qui doit prioritairement être prise en compte.

Enfin, nous voulons rappeler l’opposition de notre organisation syndicale à la création de la classe exceptionnelle dont l’accès concernera, au mieux, 10% de la profession. Elle exclura de fait la quasi-totalité des PE, renforcera probablement les inégalités entre les hommes et les femmes et pourrait devenir un outil de management renforcé.

Pour finir, le SNUipp-FSU 84 se doit de vous alerter à propos du mal-être grandissant des collègues de notre département. Le constat quasi-général de la profession est celui d’une dégradation sensible des conditions de travail. Certes, la profession a, chevillée au corps, la volonté de faire réussir les élèves et l’École publique. Cependant, une question devient urgente. C’est celle de situations difficiles et conflictuelles : agressions verbales ou physiques de parents, ou d’élèves au comportement violent. Il est pour nous urgent d’agir en matière de prévention des risques professionnels et d’accompagnement des personnels accueillant des élèves à besoins éducatifs particuliers et au comportement perturbateur.

Dans ce contexte, la profession se sent impuissante étant donnée la faiblesse des moyens mis à sa disposition, comme ceux des RASED par exemple. Elle ne se sent pas assez formée pour réagir à ce type de situations et pour répondre aux besoins éducatifs particuliers de certains élèves. Autant que faire se peut, elle demande un soutien de sa hiérarchie et un traitement rapide des demandes et des signalements.

Pour nous, il en va de l’intérêt général : des enseignants, des élèves et donc de l’institution. Nous savons malheureusement ce qu’il peut advenir quand des enseignants fatigués, stressés, dans le vécu d’un travail empêché, en arrivent à la conclusion qu’ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes… ou pire , remettent en question leurs qualités professionnelles : ce sont des arrêts de travail multipliés et des collègues dont l’état d’esprit peut s’en trouver durablement affecté.

Sur ce dernier point, nous relayons les alertes qui sont adressées à Monsieur le Recteur, sous votre couvert et celui de Madame l’Inspectrice de la circonscription de Carpentras, concernant l’absence de psychologue scolaire sur une partie des écoles de cette circonscription. Pour les élèves de ce secteur comme pour leurs enseignants, il est nécessaire de prendre des mesures de remplacement très rapidement.

Nous vous remercions pour votre attention.

 

11 visiteurs en ce moment

*Top 116 rue Carreterie 84 000 AVIGNON téléphone : 04 90 80 00 01 courriel : snu84@snuipp.fr Mentions Légales
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU | Section de Vaucluse, tous droits réservés.