www.snuipp.fr

SNUipp-FSU | Section de Vaucluse

Vous êtes actuellement : 2021-2022  / Débuts de carrière et formation initiale (INSPE) 

fontsizeup fontsizedown impression s'abonner  à la rubrique {}

Dans la même rubrique

16 mars 2022

Postes pour les stagiaires 2022-2023 : quelle implantation, quel impact sur le mouvement des titulaires ?

Un groupe de travail du CTA s’est tenu au rectorat le 11 mars dernier sur la future implantation des postes stagiaires pour la rentrée 2022.

Chaque année, le travail de préparation des supports de stage est complexe et, ces dernières années, l’administration du Vaucluse s’est vue obligée à la fois :
- de "bloquer" des postes au mouvement
- de réserver des supports de stage sur 2 quart-temps
car les mi-temps disponibles sur des postes compatibles avec l’accueil de stagiaires étaient trop rares.

À partir de la rentrée 2022 et suite à la réforme de la formation initiale qui entre en vigueur, avec un concours décalé en fin M2, deux principaux profils de stagiaires seront dans les écoles :
- Celles et ceux qui auront un master MEEF seront à temps plein en classe ;
- Celles et ceux qui auront un autre type de master seront en classe à mi-temps.

Dès lors, comment évaluer avant la publication des résultats du CRPE (prévue pour le 21 juin) la part des deux profils possibles et donc leur réserver des postes ? Le rectorat a indiqué qu’une estimation ministérielle évaluait à 40% le nombre de stagiaires à temps plein. Mais cela reste une estimation et l’administration devra prévoir "large" dans chaque département afin de ne pas se retrouvée en difficulté pour offrir à chaque stagiaire le support de stage auquel il ou elle a droit.

Sur quels types de postes les affecter ?

Le rectorat a annoncé que la règle consistant à ne pas affecter de stagiaires en REP+ perdurerait.

Concernant les stagiaires à temps plein, deux solutions seraient possibles :
- Utiliser les postes libérés à titre provisoire pour une année (congé de formation, … ) et bloquer des postes pleins au mouvement, ce qui nuirait au mouvement des titulaires ;
- Mettre les stagiaires sur deux mi-temps différents, ce qui complexifierait grandement leur entrée dans le métier.

Pour le SNUipp-FSU, il est hors de question de choisir entre deux mauvaises solutions !

Pire ! Le rectorat envisage d’utiliser les deux possibilités évoquées ci-dessus et par conséquent de créer une inéquité au sein de la même promotion de stagiaires ! En effet, certain·es auraient une classe à temps plein, d’autres deux mi-temps avec possiblement des niveaux de classe différents et des doubles niveaux ! Le SNUipp-FSU s’est élevé contre cette proposition.

Pour les stagiaires à mi-temps, il y a fort à parier que les supports à mi-temps seront en nombre insuffisant suite à leur utilisation pour les temps pleins ! Par conséquent, le rectorat envisage une affectation sur deux quarts-temps.

S’ajoute à tout cela la reconduction de l’alternance pour les étudiants en M2 MEEF qui viendront à nouveau compléter les services de collègues à temps partiel ou de directeur·trices… Alternant·es dont on ne connaîtra le nombre que tardivement aussi, ce qui ne manquera pas de perturber les affectations des TRS (voire de bloquer des remplaçant·es comme ce fut le cas cette année). De même, le dispositif d’ « AED prépro » est prolongé pour permettre aux AED qui étaient en M1 de poursuivre en M2.

Bref, une réforme de la formation dont on voit les conséquences catastrophiques dès à présent, avec des conditions d’entrée dans le métier fortement dégradées et un impact non-négligeable sur les équipes qui les accueillent !
→ Le SNUipp-FSU revendique une entrée progressive dans le métier, avec une année de stage à tiers-temps de responsabilité de classe pour tous les stagiaires.

 

41 visiteurs en ce moment

*Top 116 rue Carreterie 84 000 AVIGNON téléphone : 04 90 80 00 01 courriel : snu84@snuipp.fr Mentions Légales
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU | Section de Vaucluse, tous droits réservés.